Loading...

(Just one moment)

Vivre bien chez soi, et si nous pensions à notre vieillissement ?

Il est certain que si cette question nous avez été posée quand nous étions enfant ou jeune adulte, la réponse aurait été vite fait ! Nous avions le temps devant nous ! Le temps ? Ce temps qui passe finalement si vite, même très vite ! Nous voilà arrivés à 60, 70, 80, 90 ans voire plus…Sans vouloir dramatiser, nous perdons progressivement en autonomie, nos aptitudes et réflexes se dégradent et il devient parfois difficile de rejoindre notre chambre à l’étage ou d’aller dans la baignoire, de se déplacer dans son logement car les encadrements de porte sont trop étroits pour y passer avec le déambulateur ou le fauteuil roulant, ou encore car l’éclairage est insuffisant, car nous n’arrivons plus à fermer les volets…  Notre logement n’est plus adapté et pourtant il nous paraît essentiel de ne pas le quitter car nous y avons nos repères, nos souvenirs et nos habitudes. Nous voulons vieillir à domicile comme des millions de personnes. Vivre chez soi, malgré la baisse d’autonomie, nécessite avant tout un environnement sûr et adapté, pour éviter les accidents domestiques tels que les chutes. Il est donc nécessaire de faire quelques aménagements tels que l’installation de tapis antidérapants, de barres d’appui et, si besoin, des équipements spécifiques plus conséquents comme le remplacement de la baignoire par une douche de plain-pied, la domotisation des volets roulants, ou encore en transformant le garage en chambre et salle de bain… ? 

Des solutions matérielles et financières existent pour rester à domicile et pour conserver toute l’autonomie nécessaire. Depuis les années 2000, la Ville du Relecq-Kerhuon a engagé, avec Brest Métropole et les communes du territoire, un plan d’action ayant pour objectif de sensibiliser et d’accompagner les personnes de plus de 60 ans dans une démarche d’aménagement de leur habitat, leur permettant d’y vivre dans de bonnes conditions, malgré le vieillissement, le handicap physique et psychique. Ce dispositif de « Maintien à Domicile » des personnes de 60 ans et plus, doit et va évoluer vers un Programme d’Intérêt Général sur l’adaptation des logements en partenariat avec l’ANAH (Agence Nationale pour l’Aménagement de l’Habitat) et ce, dès 2022. L’objectif est de proposer : 

– à toutes et à tous, un service gratuit d’information, d’animation et de communication, sans condition de ressources, et ce, pour sensibiliser à la nécessité d’aménager son habitat, dans la perspective de difficultés liées au vieillissement ou au handicap, 

– et pour les personnes à revenus modestes et très modestes, éligibles au versement de subventions de l’ANAH, non seulement le service gratuit proposé à toutes et à tous, mais également un service d’orientation et d’accompagnement individuel complet pour le montage des dossiers administratifs et financiers. 

La mission portant sur les accompagnements individuels se fera ainsi pour des travaux d’aménagement lourd. Ces travaux ne doivent pas avoir débuté avant le dépôt du dossier de demande de subventions et doivent être réalisés par des professionnels. Pour pouvoir bénéficier de ce dispositif, il faut répondre à différents critères : vivre dans son logement de plus de 15 ans, être propriétaire occupant, présenter certaines conditions de ressources, occuper le logement à titre de résidence principale pendant 6 ans, avoir 60 ans ou un justificatif de handicap reconnu par la MDPH. L’accompagnement peut également porter sur des travaux plus légers. Il s’agit d’un service d’aide à l’installation d’équipements dans les situations les plus urgentes, pour répondre à un besoin immédiat et ainsi préparer à la réadaptation (exemple : retour d’hospitalisation après une chute …). Ces travaux peuvent concerner l’installation de siège de douche, de barre de relevage, la suppression de porte …. 

Le Conseil Municipal de la ville, par délibération du 5 Octobre dernier, a autorisé officiellement la mise en œuvre de ce nouveau dispositif qui nécessitera, par ailleurs, des prises de délibérations pour acter le partenariat avec l’ANAH ainsi que la convention financière entre Brest Métropole et les communes partenaires. 

Si vous avez besoin de renseignements sur ce dispositif, n’hésitez pas à contacter le CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique) au CCAS de la mairie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *