Loading...

(Just one moment)

Le vote du budget

Le premier budget de cette mandature a été voté à la majorité* le 1er avril 2021. Nous vous proposons, à travers cet article, de vous le présenter.

Pour un budget primitif qui s’élève à 17 010 000 euros

Nous avons été élus sur un programme que nous souhaitons mettre en œuvre durant les cinq prochaines années, c’est pourquoi nous avons travaillé et misé sur un budget d’avenir, qui malgré le contexte contraint et incertain dû à cette crise d’abord sanitaire, puis sociale, économique, écologique,  se veut optimiste et sérieux.

Nous avons ainsi choisi d’axer notre budget sur la transition écologique :

  • sur la rénovation du patrimoine existant et en priorisant toujours les économies d’énergie, 
  • dans le cadre de nos nouveaux projets, comme la MEJ qui sera un exemple de bâtiment éco-responsable, vertueux et tellement agréable pour les utilisateurs.
FOCUS – Crise sanitaireLa gestion de la crise sanitaire impacte notre budget de l’année 2021 avec des dépenses nouvelles liées à la COVID 19 : masques et solution hydroalcoolique, dépenses de personnel supplémentaires générées par la mise en œuvre des protocoles sanitaires dans les équipements fréquentés par les mineurs (écoles, Mej, crèche…)… Des pertes de recettes sont également générées par la fermeture des équipements notamment les salles.  

La gestion saine de la commune au cours des exercices précédents et le résultat dégagé par l’exercice 2020 nous permettent de faire face et d’absorber ces nouvelles dépenses.

La section de fonctionnement 

La section de fonctionnement retrace toutes les opérations de dépenses et de recettes nécessaires à la gestion courante des services de la collectivité. Au Relecq-Kerhuon, nous sommes sur une section de fonctionnement qui s’équilibre à 10 540 000 euros et qui nous permet de dégager un auto-financement de 662 900 euros. 

En dépenses, 9 876 000 euros, avec 

  • des dépenses courantes de fonctionnement (subventions, alimentation, fluides, frais de nettoyage, fournitures scolaires…) pour environ un tiers, 
  • et près de la moitié des dépenses sont consacrées aux dépenses de personnel. 

En recettes, 10 540 000 euros avec 2/3 de ces recettes qui proviennent des Impôts et Taxes. 

Si nous comparons ces éléments à des chiffres de la strate des communes de 10 à 20 000 habitants, en 2019, nous voyons qu’au Relecq-Kerhuon,  nous sommes à 813.53 euros de dépenses réelles de fonctionnement/habitant alors que la moyenne de la strate est à 1094 euros par habitant. 

En 2021, la baisse de la dotation globale de fonctionnement[1] et la perte des recettes générées par la fermeture des équipements ont impacté le niveau de ces recettes. Dans ce contexte, le maintien de l’épargne nette constitue un point de vigilance pour l’exécutif afin de pouvoir continuer à autofinancer les projets.

IMPORTANT : nous avons choisi, au Relecq-Kerhuon, pour 2021, de ne pas augmenter les impôts. 

La section d’investissement 

La section d’investissement présente les programmes d’investissements nouveaux ou en cours et est, par nature, celle qui a vocation à modifier ou enrichir le patrimoine de la collectivité. Elle s’équilibre, au Relecq-Kerhuon, à  6 710 000 euros. 

S’agissant des dépenses (hors dépenses imprévues), près de 5 700 000 euros y sont consacrés, ce qui reflète de notre politique volontariste et ambitieuse avec, en 6 grandes thématiques :

– les dépenses obligatoires (40 %) générées par les emprunts ou faisant suite à des engagements politiques ou contractuels (sentier piétonnier, acquisition de la parcelle La Cantine…), 

– les opérations nouvelles (33%) : opérations structurantes, elles ont vocation à offrir des équipements qualitatifs aux usagers comme la rénovation de la Maison de l’Enfance, l’extension du Groupe Scolaire Jules Ferry, les études sur un nouvel auditorium…,

– la conservation du patrimoine (17%) : indispensable et incontournable, elle regroupe les travaux qui permettent de continuer à utiliser les équipements (rénovation des Ducs d’Albes, réfection de toiture gymnase Bourhis, toiture école J.Ferry, remplacement menuiseries MMA…),

– les moyens internes (5%): matériels, gros outillages… ils permettent aux agents et services de remplir leur mission (moyens roulants, moyens techniques et informatiques…),

– la rénovation énergétique (4%) : thématique qui monte en puissance et qui est souvent partie intégrante de la conservation du patrimoine (remplacement de chaudière pour réaliser des économies d’énergie, …),

– le programme d’accessibilité (1%): issue de l’Agenda d’Accessibilité Programmée, cette ligne permet d’améliorer les conditions d’accessibilité de nos équipements.

De même que les dépenses, les recettes, pour un montant de 6 471 000 euros, peuvent être réparties entre :

– l’emprunt (31%): d’un montant de 2 millions d’euros, nous avons décidé de l’actionner dès cette année pour pouvoir initier au plus tôt notre programme et les opérations que nous jugeons prioritaires. Notre capacité de désendettement[2]étant à 5,31 années à janvier 2021, 

– les subventions (3%) octroyées principalement par l’Etat avec l’ambition de toujours aller en « chercher plus », 

– l’autofinancement (24%) nécessaire, qui malgré une baisse nous permet malgré tout de dégager plus de 662 000 euros, 

– le FCTVA (6%) dont le montant est calculé par rapport aux dépenses d’équipement de l’exercice précédent, 

– les produits de cession (31%) qui correspondent à la vente des anciens ateliers à Aiguillon et à celle de la parcelle de la Cantine à Oceanic, 

– les opérations de sections (5%) correspondantes aux dotations aux amortissements.

Pour conclure, sans faire une liste à la Prévert, nous tenons à souligner : 

  • notre volonté de maintenir une programmation culturelle, chère aux habitants, (par exemple, poursuite de l’acquisition d’œuvres dans le cadre de l’artothèque), 
  • notre soutien aux associations puisque nous avons maintenu notre enveloppe des subventions, 
  • la construction d’un nouveau columbarium, 
  • un soutien solidaire avec les logements d’urgence et la subvention versée au CCAS,
  • … 

Nous sommes sur une politique de budget prévisionnel, équilibré et prudent  compte tenu de la situation actuelle et des incertitudes que la crise continue à faire peser sur l’économie et par conséquent sur les collectivités locales, dont l’implication dans cette crise sans précédent reste exemplaire auprès de nos citoyens.

Et ce budget se veut aussi  solide et ambitieux car nous avons fait le choix d’investir sur l’avenir, en mettant en œuvre notre programme, sans pour autant augmenter la fiscalité et tout en maintenant la conservation du patrimoine, en plantant des arbres fruitiers, en végétalisant l’espace public avec des efforts sur les économies d’énergie. C’est un aussi budget solidaire, toujours au cœur de nos préoccupations, un accès à la culture pour tous, avec  toujours la volonté d’améliorer le cadre de vie de nos concitoyens et de leur apporter un service public de qualité pour un mieux vivre ensemble.


* A noter que le groupe Vert Le Relecq-Kerhuon a voté contre le budget sans donner d’explications de vote.

[1] La principale dotation de fonctionnement de l’État aux collectivités territoriales.

[2] La capacité de désendettement est un ratio d’analyse financière des collectivités locales qui mesure le rapport entre l’épargne nette et la dette, la première finançant la seconde. Il permet de déterminer le nombre d’années (théoriques) nécessaires pour rembourser intégralement le capital de la dette, en supposant que la collectivité y consacre la totalité de son épargne brute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *