Loading...

(Just one moment)

Le Relecq-Kerhuon rejoint l’Association Nationale des Villes et Territoire Accueillants (Anvita)

Les questions migratoires représentent un véritable défi mondial, pour répondre d’une manière humaine et hospitalière à ces hommes, ces femmes et ces enfants qui ont fuit la pauvreté, la guerre, l’oppression.. , et qui sont venus chercher protection et une vie meilleure.

Aucun pays n’échappe aujourd’hui à ces questions.

Malheureusement, la politique migratoire instaurée tant au niveau de l’Europe qu’au niveau des Etats membres font que les droits fondamentaux des migrants sont bafoués.

En France, ces droits se trouvent de plus en plus restreints et la crise sanitaire accroit les inégalités sociales.

Tout leur est interdit !
Pas d’hébergement ! Alors ils errent continuellement à la recherche d’un endroit pour dormir ! Comment peuvent-ils se protéger face à la Covid19 ??
Pas droit de travailler ou de suivre une formation alors que certains ont obtenu une promesse d’embauche ou un contrat d’apprentissage !!

A la précarité sociale et sanitaire s’ajoute la précarité administrative. Fermeture ou rendez- vous restreints des services dans diverses Préfectures, donc pas de possibilité de procéder à des demandes de titres de séjour ou des renouvellements…

Ils vivent tous avec la peur au ventre sous la menace perpétuelle d’une expulsion.

Des associations d’aide aux migrants existent sur la ville du Relecq-Kerhuon, et nous interpellent régulièrement, nous élus, sur de telles situations, dans l’espoir de trouver ne serait-ce qu’une solution de répit pour ces personnes.

En les privant de leurs droits, la France viole ses obligations internationales en matière de droit de l’Homme.

L’État est défaillant, les élu(e)s locaux et territoriaux restent bien seuls avec les associations et les citoyen(nes), en première ligne pour faire face à l’urgence.

Un comble dans le pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité !

Comment peut-on accepter cela ?
Peut-on nous imaginer, rien qu’un instant, vivre de telles situations ?

Nous, membres de l’Union pour le Relecq-Kerhuon, ne le pensons pas et ne pouvons qu’être solidaires avec toutes les associations, citoyens, élus promouvant l’hospitalité, animés par la volonté d’agir collectivement pour montrer qu’il y a des solutions dignes et adaptées à chaque situation locale à partir du moment où chacun assume ses responsabilités.

Les solidarités, quelles qu’elles soient, sont au coeur de nos préoccupations.

Aussi, pour des politiques d’accueil plus justes et ce, au niveau national et local, après avoir signé la charte des Mairies Solidaires, nous avons voulus adhérer à ANVITA (Association Nationale des Villes et Territoires Solidaires) qui constitue un lieu de mise en commun et d’échanges de bonnes pratiques entre les élu(e)s oeuvrant au quotidien pour la solidarité, et ce, afin de travailler avec les citoyens, les associations et leurs bénévoles, les responsables politiques, pour définir des solutions communes dans une démarche d’accueil et d’humanité.

Anvita a également pour vocation d’interpeler l’Etat pour qu’il assume ses responsabilités en construisant une stratégie nationale d’accueil.

Cette adhésion à l’association ANVITA a été approuvée par délibération du Conseil Municipal du 18 février 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *