Nouvelle proposition : développer l’usage du TrottiK :

Le TrottiK est un moyen de transport, mis en service par la municipalité actuelle en 2010, pour transporter, à la demande, jusqu’à 8 personnes et 4 fauteuils roulants (à destination par exemple de personnes pour lesquelles les déplacements sont difficiles, par manque de moyen de locomotion ou en raison de problèmes de santé et de mobilité). 

Conduit par des bénévoles, il permet ainsi aux personnes de se déplacer sur la commune, du lundi au vendredi, pour se rendre dans les commerces de proximité, chez les professionnels de santé, au Centre social pour pratiquer des activités de loisirs, etc. Le Trottik leur donne ainsi la possibilité de sortir de chez elles de façon autonome et régulière. Nous souhaitons amplifier ce service : 

-La crise sanitaire que nous traversons a, pour beaucoup d’entre nous, remis en cause nos modes d’approvisionnement et d’alimentation. Elle nous amène, aujourd’hui, à privilégier notamment nos achats auprès de producteurs locaux. Certains de ces producteurs étant présents sur nos marchés, nous souhaiterions pouvoir donner la possibilité à chaque citoyen et citoyenne, de venir s’y approvisionner pour satisfaire leur volonté de consommer local. Aussi, les jours de marché (vendredi soir et le samedi matin), nous souhaitons mettre à la disposition des personnes âgées et à mobilité réduite, le Trottik. 

– Le Trottik est un moyen de maintenir ses mobilités et sa sociabilité, permettant ainsi de lutter contre l’isolement social. C’est pourquoi, face à cette crise sanitaire que nous subissons, nous souhaitons pouvoir étendre les services du Trottik, aux personnes isolées.

Nous l’avons dit, le Trottik fonctionne grâce au bénévolat. Ces deux propositions, qui nous le savons, favoriseront le lien social au sein de notre ville, sont conditionnées au nombre de bénévoles qui voudront bien participer au bien vivre des personnes âgées, des personnes à mobilité réduite et des personnes isolées. Mais, nous l’avons vu ces dernières semaines, la solidarité sur notre commune est active. Nous savons que nous pourrons compter sur l’engagement des citoyens pour le développement de ce service !

Retour sur une de nos propositions : les “voisins bienveillants “

Le programme que nous vous avons présenté en mars dernier mettait en avant les solidarités. Notre programme ne va pas changer pour le deuxième tour. Mais nous avons pu, pendant cette crise, nous rendre compte de certains manques. Nous viendrons d’ailleurs très prochainement vous présentez de nouvelles propositions.

Aujourd’hui, à travers notre site internet, nous souhaitons faire un gros plan sur l’une de nos propositions qui a pris davantage de sens au cours de cette crise : le besoin d’entraide entre citoyens. Dans notre programme, sous la thématique « agir pour tous », nous vous proposons de lutter contre l’isolement en favorisant la solidarité dans les quartiers avec la mise en place du dispositif des « voisins bienveillants ».
Nous avions déjà anticipé ce désir nécessaire de cohésion.

Jamais les sentiments de solitude, d’abandon, d’isolement, de séparation avec nos familles et nos amis ne s’étaient fait autant ressentir que durant cette période de confinement. 

L’idée est de mettre en relation des particuliers bénévoles, prêts à rendre service, avec des personnes âgées et/ou isolées pour faire des courses, discuter quelques minutes, aller à la pharmacie, chez le médecin, promener le chien, garder des enfants, aller à la Poste, utiliser internet, etc. … Autant de “petits services” qui peuvent changer le quotidien de ces personnes et qui pourront créer du lien social dans les quartiers.

Vous l’aurez compris, l’objectif est de renforcer encore les actions de solidarité et de proximité. Nous voulons faciliter la mise en relation d’offres de services d’habitants volontaires avec les besoins et demandes d’aide du quotidien de certains de leurs voisins. Cela viendra en complémentarité des services sociaux, médico-sociaux et sanitaires déjà mis en œuvre par notre commune et les différentes institutions solidaires et sociales.

La mise en œuvre technique et pratique de ce dispositif se fera avec vous lors d’échanges et de rencontres favorisant la démocratie participative.

Une bonne manière de faire face ensemble, tout en protégeant les plus vulnérables !

Le Relecq-Kerhuon : patrimoine et environnement

Ville entre terre et mer, Le Relecq-Kerhuon bénéficie d’un environnement naturel remarquable que nous souhaitons préserver et valoriser et ce dès l’entrée de ville.

Bordée d’espaces verts (Costour, Bois de Sapin,…)  la commune en possède aussi en son cœur (La coulée verte : du Mesto à Camfrout). 

Située à l’embouchure de l’estuaire de l’Elorn en forme de presqu’île , la commune bénéficie d’une frange littorale importante, du Moulin Blanc au Gué Fleuri.

L’anse de Camfrout et de Kerhuon offrent un plan d’eau exceptionnel où activités de loisirs cohabitent avec richesses naturelles.

C’est ainsi, dans le respect de cet environnement et de sa biodiversité, que nous travaillerons pour faciliter l’accès des usagers au littoral  (marcheurs, randonneurs, sportifs, véliplanchistes, kyte-surfeurs…) et des espaces verts riches et nombreux.

A l’image de la réhabilitation faite au bois de sapin en collaboration avec le Conseil Départemental, mettant en valeur le patrimoine à la fois naturel (aménagement de balade avec belvédère, respect de la flore…) et culturel (réhabilitation des ruines), nous imaginerons des parcours de découverte. 

Pour ce faire nous nous appuierons sur les savoirs des associations locales liées au patrimoine et à l’environnement avec qui nous collaborerons. Un travail considérable de recensement étant déjà mené, il s’agira de faciliter la transmission de ces connaissances au grand public sur la biodiversité présente sur le territoire.

Ces aménagements respectueux de l’environnement inclusifs et non invasifs, seront pensés pour offrir aux usagers de réelles balades découvertes. Nous chercherons à baliser ces territoires naturels pour les rendre attractifs, sensibiliser à l’environnement et leur donner plus de visibilité. C’est aussi en les rendant plus accessibles grâce à l’aménagement de voies privilégiant les déplacements doux.

Retour sur une de nos propositions : un espace des solidarités et du citoyen

Les habitantes et les habitants du Relecq-Kerhuon sont la première richesse de notre ville.

Le futur espace de la citoyenneté, des solidarités locales et internationales que nous voulons créer avec vous s’appuiera sur cette richesse pour :

  • Réduire les inégalités en améliorant notamment l’accès aux dispositifs locaux de solidarité et l’accès aux droits.
  • Aider les collectifs d’habitantes et d’habitants et les associations à concrétiser leurs projets.
  • Coopérer avec vous sur les projets de la municipalité.
  • Favoriser les initiatives de solidarité internationales.

Notre volonté est de renforcer la complémentarité entre l’actuel pôle solidarité de notre commune, les services du Conseil départemental du Finistère présents sur Le Relecq-Kerhuon, les associations solidaires, le centre social Jean Jacolot, les associations et collectifs d’habitants qui existent ou se créeront dans l’avenir et les habitants qui portent des projets qui renforcent la citoyenneté et la solidarité, locale ou internationale.

Cet espace sera également un lieu d’échange et de coopération pour que les habitantes et les habitants coopèrent avec la ville et la métropole sur les projets publics de notre territoire.

La création de cet espace permettra de changer profondément les relations entre les habitants et notre collectivité en rendant ces dernières moins verticales.

Ce projet est ambitieux et il ne pourra se construire qu’avec vous !

Retour sur une de nos propositions : le camping de Camfrout

Voilà déjà deux ans que le camping de Camfrout est fermé. Classé en zone submersible après la tempête Xynthia, vétuste, il aurait fallu le rénover à grands frais pour le remettre aux normes, et cela pour seulement deux mois d’ouverture par an.

Pourquoi ne pas le transformer en parc naturel ouvert à tous, dans le prolongement de la Coulée Verte et de la prairie de Lossulien?

Déjà végétalisé, nous projetons de le réaménager pour en faire un bel espace de promenade, de jeu, de repos, et de découverte de la faune et de la flore locales.

Retour sur une de nos propositions : un nouvel EHPAD

La résidence Kerlaouena est gérée de manière intercommunale par un syndicat de communes composé du Relecq-Kerhuon et de Guipavas, le Syndicat Intercommunal à Vocation Unique des Rives de l’Elorn. Les décisions la concernant se prennent donc de concert par les représentants des deux villes.

La résidence Kerlaouena est un ancien foyer-logement, transformé partiellement en EHPAD au début des années 2000. La résidence comprend 58 hébergements en EHPAD et 43 hébergements en Résidence Autonomie. Les appartements de cette résidence sont spacieux et l’équipement, ancien, est bien entretenu.

Pour autant, si les choix de conception, qui remontent aux années 1970, étaient adaptés pour des personnes âgées et indépendantes et un personnel réduit, ils ne correspondent plus aux standards actuels de confort de vie de personnes âgées dépendantes et très dépendantes. Cette conception ancienne a par ailleurs un impact important sur les conditions de travail des agents qui accompagnent les résidents (cheminements excessifs pour transférer les résidents vers les espaces collectifs qui sont d’ailleurs insuffisants, locaux professionnels répartis de manière peu fonctionnelle …). Enfin, la maintenance d’équipements anciens est de plus en plus onéreuse.

Nous avons étudié deux hypothèses : la rénovation ou la construction d’une nouvelle résidence.

La rénovation s’avèrerait coûteuse pour un résultat qui ne permettra pas, vu les contraintes des bâtiments existants, d’obtenir en définitive une résidence confortable, moderne et évolutive.

Nous avons par conséquent opté pour la construction d’une nouvelle résidence.

  • Cette résidence permettra tout d’abord d’accueillir les résidents actuellement hébergés à Kerlaouena dans des conditions de confort optimales
  • Elle devra ensuite être conçue de manière à améliorer très significativement les conditions de travail des agents, en facilitant notamment les transferts des résidents.
  • Elle devra également être exemplaire pour ce qui concerne les critères de durabilité et d’impact sur l’environnement.
  • Enfin, elle devra être évolutive, afin de pouvoir suivre les évolutions techniques dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes qui se médicalise de plus en plus.

Comme la ville de Guipavas l’avait fait en 2010 pour la résidence Jacques Brel de Guipavas, la ville du Relecq-Kerhuon a acquis un terrain en vue de la construction de cette nouvelle résidence. Ce terrain est situé rue du Rody, en contrebas de la rue du 19 mars 1962, à proximité du Moulin Blanc. Le projet d’EHPAD – Résidence Autonomie à cet endroit a fait l’objet d’une enquête publique et le commissaire-enquêteur (indépendant de la ville et du syndicat de communes) a rendu un avis favorable.

Nous sommes convaincus que ce projet d’un accueil de qualité des personnes âgées dépendantes ou autonomes dans le secteur du Moulin Blanc, à proximité de commerces, desservi par les transports en commun et proche de la mer est un beau projet. C’est avec les résidents de Kerlaouena et leurs familles, avec les salariés de Kerlaouena, avec les riverains, avec vous, que nous voulons le voir se concrétiser dans les années à venir !

Le Relecq-Kerhuon vert :

Une campagne électorale est toujours passionnante. Elle permet d’aller à la rencontre des habitants. Elle permet aussi de découvrir ou redécouvrir les quartiers de la ville. Aller sur le terrain donne l’occasion d’appréhender la commune dans sa globalité.

La nécessité de préserver l’environnement est aujourd’hui admise par tous. Il faut agir pour limiter l’étalement urbain, l’artificialisation des terres, la destruction des paysages, qui sont tout autant nocifs pour la planète que pour la qualité de vie de chacun.

Or l’accroissement de la population, le besoin de logements (notamment en logements conventionnés), l’amélioration attendue du confort nécessitent toujours davantage de foncier. Chaque jour, en Bretagne, on bétonne l’équivalent de 9 terrains de football. Alors vaut-il mieux densifier les espaces déjà urbanisés en ville ou continuer à grignoter les terres agricoles à la campagne?

Le Relecq-Kerhuon n’échappe pas à cette problématique. L’étroitesse de son territoire en fait la 2ème ville la plus densément peuplée du Finistère.

Certains candidats en ont fait leur cheval de bataille. Mais soyons honnêtes. Il est facile de critiquer les nouvelles constructions alors qu’eux mêmes ont construit leur maison sur des champs ouverts à l’urbanisation ou en créant des divisions de parcelles. Il est facile de critiquer un projet parce qu’il n’y a pas assez de logements conventionnés alors que dans le même temps on refuse ces mêmes logements près de chez soi.

Et pourtant, malgré tout ce que l’on peut entendre, il fait bon vivre dans cette commune qui a su préserver de très nombreux espaces de respiration verts et bleus, y compris au cœur des quartiers. Les habitants habitent tous à moins de 10 minutes du littoral, d’une forêt, d’un espace vert naturel ou aménagé, d’un parc public.

Notre programme en version “facile à lire et à comprendre” (FALC)

Notre équipe a travaillé pour produire un programme “Facile A Lire et à Comprendre” (FALC).

En effet, il n’est pas toujours évident pour tout le monde de pouvoir lire un programme dans sa globalité et de comprendre l’ensemble des propositions.

Ce programme a été réalisé en suivant les préconisations du guide pour une information accessible “communiquer pour tous” édité en 2018 par Santé public France avec le soutien de l’Union nationale des associations de parents de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI) et de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA).

Pour le télécharger, il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous :

https://union-pour-le-relecq-kerhuon.fr/wp-content/uploads/2020/02/Programme-Facile-à-lire-et-à-comprendre.pdf

Vous pouvez également passer à notre local pour récupérer un exemplaire.

Mentions spéciales à nos colistiers : Angélique, Renaud et Philippe, qui ont passé beaucoup de temps pour rédiger ce document.

Retour sur une de nos propositions : ouvrir la restauration scolaire aux personnes âgées ou isolées

Il suffirait souvent de presque rien pour rompre la solitude dont souffrent beaucoup de personnes âgées ou isolées . 

Il suffirait juste d’ un petit rayon de soleil pour égayer leur quotidien !

Alors, pourquoi pas leur proposer de prendre leur déjeuner, dans un endroit convivial et plein de vie, entourées d’enfants, donnant ainsi la possibilité d’échanges intergénérationnels, d’écoute et recréer du lien social.

Ce serait aussi, peut-être, l’occasion pour certains de sortir de chez eux, de s’offrir un repas chaud et équilibré et de retrouver le goût de manger car se retrouver seul devant une assiette n’a rien de réjouissant.

Notre souhait est de pouvoir proposer cet accueil à ces personnes, une fois par semaine, moyennant un mode de tarification répondant aux enjeux de la solidarité.