Le Relecq-Kerhuon vert :

Une campagne électorale est toujours passionnante. Elle permet d’aller à la rencontre des habitants. Elle permet aussi de découvrir ou redécouvrir les quartiers de la ville. Aller sur le terrain donne l’occasion d’appréhender la commune dans sa globalité.

La nécessité de préserver l’environnement est aujourd’hui admise par tous. Il faut agir pour limiter l’étalement urbain, l’artificialisation des terres, la destruction des paysages, qui sont tout autant nocifs pour la planète que pour la qualité de vie de chacun.

Or l’accroissement de la population, le besoin de logements (notamment en logements conventionnés), l’amélioration attendue du confort nécessitent toujours davantage de foncier. Chaque jour, en Bretagne, on bétonne l’équivalent de 9 terrains de football. Alors vaut-il mieux densifier les espaces déjà urbanisés en ville ou continuer à grignoter les terres agricoles à la campagne?

Le Relecq-Kerhuon n’échappe pas à cette problématique. L’étroitesse de son territoire en fait la 2ème ville la plus densément peuplée du Finistère.

Certains candidats en ont fait leur cheval de bataille. Mais soyons honnêtes. Il est facile de critiquer les nouvelles constructions alors qu’eux mêmes ont construit leur maison sur des champs ouverts à l’urbanisation ou en créant des divisions de parcelles. Il est facile de critiquer un projet parce qu’il n’y a pas assez de logements conventionnés alors que dans le même temps on refuse ces mêmes logements près de chez soi.

Et pourtant, malgré tout ce que l’on peut entendre, il fait bon vivre dans cette commune qui a su préserver de très nombreux espaces de respiration verts et bleus, y compris au cœur des quartiers. Les habitants habitent tous à moins de 10 minutes du littoral, d’une forêt, d’un espace vert naturel ou aménagé, d’un parc public.

COP des territoires : engageons une transition énergétique

Initié par le Think Tank l’Hétairie et signé par plus de 100 maires, présidents d’agglomération, présidents d’associations d’élus et candidats de gauche aux élections municipales et plus localement par François Cuillandre, Maire de Brest et Nathalie Appéré, Maire de Rennes… Laurent Péron a rejoint cet appel pour la mise en place du COP* des territoires.

Cet appel part d’un constat : les villes n’occupent que 2% de la surface de la planète mais produisent 80% des émissions de CO2 et consomment 75% de l’énergie mondiale. On le voit depuis la COP de Paris nous sommes allés d’échec en échec. 

Les signataires proposent l’installation d’une COP des territoires pour engager une véritable transition énergétique sur le territoire. Cette instance permettra :

  • La mise en place d’une dynamique partenariale étendue à l’ensemble des acteurs d’un territoire;
  • L’engagement de tous ces acteurs sur des objectifs concrets et opérationnels en matière de transition écologique; 
  • De recenser, agréger, soutenir et faire connaître les initiatives individuelles et collectives, institutionnelles ou privées, et de partager les bonnes pratiques; 
  • De faire converger les efforts vers au moins quatre objectifs partagés : une réduction drastique de la consommation d’énergie ainsi qu’une évolution vers des territoires 100% énergies renouvelables, une diminution drastique de la production de déchets, la mise en place de filières d’alimentation biologiques et locales (notamment pour la restauration scolaire), la rénovation thermique, voire phonique, de l’ensemble des parcs immobiliers à l’horizon 2050. 

Comme vous pouvez le lire, cette COP n’est pas une « coquille vide ». De vrais objectifs sont visés. 

La Métropole de Rouen Normandie avait initié cette démarche lors de la COP21. Celle-ci a permis de déboucher sur un accord local pour le climat signé entre les 71 communes de la métropole, une centaine d’entreprises et 17 coalitions d’actions regroupant acteurs privés et publics afin d’atteindre 100% d’énergies renouvelables en 2050. 

Il est là l’intérêt : faire travailler et réunir les entreprises locales, les élus, les associations et les habitants pour obtenir ensemble un accord et se fixer des objectifs. 

L’Union pour Le relecq-Kerhuon est heureuse de se joindre à cet appel qui est l’un des grands enjeux de ces élections municipales.

Tristan Foveau, vice-président de l’Hétairie et Florent Vadillo président.

COP* ( Conference Of the Parties) : Conférence des parties de la Convention-cadres des Nations unies sur les changements climatiques.