Les raisons pour lesquelles nous présentons notre liste en décembre

Comme vous l’avez sans doute constaté en ouvrant votre boîte aux lettres ou sur les réseaux sociaux. Laurent Péron vous présentera sa liste jeudi 12 décembre à 20h à l’Astrolabe. 

L’Union pour Le Relecq-Kerhuon sera donc la première équipe à dévoiler l’ensemble de ses candidats. 

Certains pourraient penser que c’est tôt. Mais pourquoi attendre, puisque cette équipe est prête et travaille déjà depuis de nombreuses semaines à l’écriture du programme.

Nous faisons volontairement le choix de présenter notre liste avant la fin de l’année, ceci pour deux raisons:

La première est qu’une équipe doit s’emparer de son programme. Pour que ce soit le cas, il faut alors qu’elle puisse s’exprimer, proposer et choisir le contenu de son projet. Le programme n’arrive pas déjà fait, écrit sur un coin de table par quelques-uns. Non, il se construit ensemble, avec l’expérience des uns et les nouvelles idées des autres. 

La deuxième raison, est que nous pensons qu’il faut laisser le temps aux habitants pour échanger avec l’ensemble des candidats. Une élection ce n’est pas qu’un homme ou une femme, c’est une équipe.
Une équipe issue de l’ensemble des quartiers et engagée dans le tissu associatif de notre ville. 

A partir de jeudi, vous aurez donc trois mois pour faire connaissance, mais aussi questionner et découvrir nos candidats. 

Ils sont tous investis et engagés pour leur ville et ses habitants avec la ferme volonté de faire du mieux possible, toujours dans l’intérêt général.

Pour l’Union pour Le Relecq-Kerhuon, l’engagement n’est pas une démarche personnelle. Aucun candidat n’est venu sur cette liste pour défendre son mètre carré, sa rue, ou son « image ». Ou pour rejouer un match avec tel ou tel autre candidat. Non à l’Union pour Le Relecq-Kerhuon, l’engagement est collectif. 

Nous vous invitons donc à venir nous rejoindre jeudi 12 décembre à 20h à l’Astrolabe, pour découvrir les visages et les personnalités qui porteront le projet de l’Union pour les élections de mars 2020.

A jeudi! 

L’Union pour Le Relecq-Kerhuon est au travail

Comme vous l’avez sûrement découvert en consultant la presse du lundi 25 novembre (lien ici), l’Union pour Le Relecq-Kerhuon est au travail depuis déjà quelques mois. 

Nous avons commencé de juin à novembre 2019, par la mise en place de réunions participatives. Deux cents habitants nous ont rejoint pour réfléchir et proposer de nouvelles idées pour Le Relecq-Kerhuon de demain. 

Parmi elles, la construction d’un nouvel auditorium. Nous sommes partis du constat que l’actuel n’est plus en phase avec une utilisation d’aujourd’hui et que les coûts pour le rénover seraient trop importants pour un résultat en deçà de nos attentes avec pour exemple un accès difficile, du fait de son implantation dans une école. Nous proposons donc aujourd’hui d’en créer un nouveau.

L’auditorium sera réalisé de façon éco-responsable et sera ouvert à différentes activités, avec une bonne acoustique, un écran de projection et ne se fera qu’en discussion avec les associations et les habitants. 

Nous avons d’ores et déjà évoqué d’autres propositions comme celle d’augmenter le bio et le circuit court dans la restauration scolaire. Mais ceci ne peut se faire que sur du long terme, puisque actuellement la ville n’a pas la capacité pour stocker les produits en grande quantité. Nous vous proposons de préparer la ville à ce changement pour les années à venir en adaptant les installations. 

Nous souhaitons également ouvrir la restauration scolaire aux personnes âgées ou isolées en proposant des tarifs à bas couts, ce qui permettra de créer du lien intergénérationnel.

D’autres propositions viendront agrémenter notre programme que nous vous présenterons très prochainement. 

En attendant, l’Union continue son travail et vient de prendre possession de son nouveau local. Dans un premier temps, celui-ci a pour utilité d’accueillir nos réunions de travail. Mais dès janvier, vous pourrez nous retrouver tous les jours sur place au centre commercial du Vieux Kerhorre, rue Brizeux. 

Comme vous pouvez le voir, nous avançons dans nos travaux et pour porter ce projet autour de Laurent Péron, une équipe travaille activement. Celle-ci vous sera dévoilée jeudi 12 décembre à 20h à l’Astrolabe. 

Nous vous y attendons nombreux pour apporter votre soutien à l’Union pour Le Relecq-Kerhuon.

Le vélo: un mode de déplacement doux à encourager

La part modale des déplacements à vélo sur la métropole est de 1.5%. L’objectif du plan climat énergie est de passer à 4% en 2025.
Le schéma directeur vélo de la métropole qui vient d’être finalisé et dont la contribution des associations et des habitants a été prise en compte, vise à réduire les émissions de particules fines et d’azote.

Le Relecq-Kerhuon s’est engagé pleinement dans ce mouvement en proposant une démarche innovante et collaborative avec la population de Mai 2017 à Juin 2018, avec le Plan de Circulation de la Ville (PCV).

Plus de 600 personnes ont répondu au questionnaire et le Conseil des Jeunes de la Ville a également pris part à l’élaboration du document permettant de faire une photographie de notre commune.

Actuellement la vile dispose de 9,94 kilomètres d’aménagement cyclables: sous forme de piste unidirectionnelle ou bidirectionnelle, de bande cyclable, de contre-sens vélos permettant de circuler à contre sens de la circulation automobile dans des rues dont la vitesse est déjà limitée à 30Km/h.

Mais nous pouvons aller plus loin: les aménagements souffrant de rupture de liaisons limitent l’envie de se déplacer à vélo.

Le livre blanc de la concertation citoyenne reprenant les points irritants et proposant des corrections à mettre en œuvre a été remis à la Métropole afin de prendre en compte l’avis des habitants du Relecq-Kerhuon dans les aménagements à venir.

Le Relecq-Kerhuon a la volonté d’offrir une alternative au tout automobile.

Une véritable « Culture du vélo » sera mise en place afin que ce mode de déplacement soit immédiatement intégré aux nouveaux projets d’aménagements de l’espace public, d’opérations d’urbanisme et de constructions. Concernant les aménagements déjà réalisés, une attention particulière sera apportée.

La sensibilisation et l’éducation du vélo sera au cœur de la politique de la ville. En mettant en place des actions dans les écoles et des événements sur l’ensemble du territoire. 

Le Relecq-Kerhuon est une commune de petite superficie, moins de 7Km², il est essentiel que l’ensemble des déplacements en ville puisse se faire à vélo de façon sécurisée vers l’ensemble des zones attractives. 

L’urbanisme, et si on en parlait?

La manière dont notre espace commun est aménagé, est un sujet important dans les villes. Cela peut être sujet à débats, à polémique, voire parfois à fantasme… surtout en période électorale. Il nous semblait important de nous arrêter quelques instants sur ce thème, qui comme aucun autre, n’est tabou.

Les habitants sont vigilants à la préservation de leur environnement et de leur cadre de vie. Notre équipe travaille de manière à éviter autant que cela est possible les contentieux d’urbanisme. Nous faisons le lien entre les constructeurs et les riverains pour que des compromis ou des consensus soient trouvés. Lorsque cela n’est pas possible, notre équipe s’est plus d’une fois opposée à la construction d’immeubles par la non-délivrance d’un permis de construire. Presque à chaque fois, nous avons perdu devant la justice, le droit de propriété étant particulièrement bien défendu.

La ville du Relecq-Kerhuon est attractive. Son emplacement en bord de mer, sa situation par rapport aux axes de circulation et son cadre de vie, que nous avons beaucoup contribué à améliorer, participe à cette attractivité.

La ville du Relecq-Kerhuon est également dense. Son urbanisation s’est faite entre les années 1970 à 2000. Depuis notre arrivée aux responsabilités en 2008, aucun espace naturel et classé comme tel n’a été urbanisé. Nous avons principalement amélioré des programmes lancés antérieurement, comme par exemple les lotissements des portes de la Rade, celui de Poul Ar Feunteun ou celui de Damany.

Le seul programme d’ampleur mis à l’urbanisation depuis 2008 est le futur lotissement en haut de la rue du commandant Charcot.

Pour ces projets, nous avons veillé à la limitation de la taille des parcelles et à la qualité du traitement des aspects environnementaux (respect des espaces boisés, conservation des talus, traitement des eaux pluviales, tracé de la voirie…).

Dans le cadre de ces projets également, afin de maintenir la mixité sociale dans notre ville, nous avons renforcé l’obligation de construction de logements conventionnés. Le Relecq-Kerhuon n’est pas et ne doit pas être une ville réservée à quelques-uns. 

De ce point de vue, nous ne faisons tout d’abord que respecter la loi qui oblige notre ville à avoir 20% de logements conventionnés. Au Relecq-Kerhuon, nous en sommes à près de 19%. Ensuite, c’est un choix que nous avons fait : nous souhaitons en effet que notre ville soit accessible à toutes et à tous. La mixité sociale est nécessaire et nous y avons travaillé tout au long du mandat.

Bien souvent, l’urbanisme n’est vu que par la fenêtre de sa propre commune, voire de son propre quartier. Les constructions et aménagements au sein de notre commune respectent le Plan Local d’Urbanisme (PLU) métropolitain, ce PLU ayant été lui-même travaillé et adopté en lien avec le schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Pays de Brest qui vise à la préservation des équilibres environnementaux sur le nord de notre département.

Pourquoi? Tout simplement car il y aurait un non-sens à vouloir urbaniser des terres loin des villes. Cela entraînerait une augmentation des déplacements donc de la pollution. Ensuite, il faudrait urbaniser des espaces aujourd’hui non-constructibles et des terres agricoles. L’écologie est importante, elle nécessite de penser l’espace dans sa globalité et d’agir localement. C’est ce que nous faisons. Pour prendre nos décisions, nous ne nous arrêtons pas aux « frontières » de la ville. Nos décisions en la matière s’inscrivent dans une cohérence sur l’ensemble du territoire, bien au-delà de notre ville ou de notre métropole.

L’Union Démocratique Bretonne (UDB) rejoint l’Union pour Le Relecq-Kerhuon

L’Union pour Le Relecq-Kerhuon ne s’est jamais cachée. Cette union, depuis 2008 est issue d’un accord entre le Parti Socialiste et le Parti Communiste.

Ils viennent en soutien à notre campagne mais les personnes qui s’engagent à nos côtés ne sont pas toutes issues de ces partis.

La majorité de notre équipe n’est pas « encartée » dans un parti ou dans un mouvement politique. Ce sont des femmes et des hommes qui s’engagent avant tout pour leur ville. Des habitants investis dans le milieu associatif et qui apportent leur expertise et leur point de vue à l’ensemble de l’équipe.

Mais il est à souligner que depuis quelques semaines, un autre parti politique a fait le choix de nous soutenir et de nous rejoindre. Il s’agit de l’Union Démocratique Bretonne (UDB).

Nous sommes très heureux de ce soutien. Car au-delà des personnes compétentes qu’ils vont apporter sur notre liste. Nous pourrons compter sur leurs idées et leurs expériences pour venir appuyer nos propositions au moment d’écrire notre programme.

Nous avons toujours montré notre ouverture à discuter avec l’ensemble des composantes politiques de gauche (Générations, Place Publique, Europe-Ecologie-Les Verts,…).

Avec l’UDB, c’est aujourd’hui une nouvelle page qui s’écrit pour l’Union pour Le Relecq-Kerhuon. Nous sommes certains que ce soutien sera positif pour l’avenir de notre ville si demain, les électeurs nous font de nouveau confiance.

Pour en savoir plus et suivre l’actualité de l’UDB, vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous:
https://www.udb.bzh

Retour sur notre 4ème réunion participative

Mercredi se tenait notre quatrième et dernière – sous ce format- réunion participative de co-construction de notre programme avec les habitants.

Après l’écologie et le cadre de vie, la culture et la démocratie participative. Mercredi 30 octobre le sujet était les solidarités.
Vaste thème qui va des plus jeunes aux plus âgés, qui comprend l’emploi et la formation, l’accompagnement des migrants, la prise en compte des publics dits « empêchés », … autant de sujet qui ont amené des réflexions et bien sûr aussi de nouvelles idées.

Pour l’équipe de l’Union pour Le Relecq-Kerhuon, il était indispensable de construire le programme avec les habitants.
Nous avons toujours eu cette volonté au cours de ce mandat, avec les réunions de secteur, la consultation sur le Stear, … et tant d’autres outils que nous avons mis en place pour rendre les habitants acteurs de leur ville.

Nous souhaitons que notre programme prenne véritablement en compte l’avis de la population.

Il s’agit désormais pour notre équipe, de synthétiser et de grouper toutes ces réflexions pour alimenter notre futur programme.

Retour en images sur nos réalisations – 2/ Le PratiK et les associations

Les associations sont essentielles pour la vie d’une commune. Au Relecq-Kerhuon, nous pouvons nous appuyer sur un riche tissu associatif.

Nous avons pendant ce mandat soutenu nos associations. Avec des subventions, en mettant à disposition des salles ou lors de diverses manifestations. Aujourd’hui, il nous semblait important de mettre l’accent sur la mise en place du « PratiK ».

C’était une de nos promesses de 2014: mettre un véhicule à disposition des associations.

Avec 31 000 euros d’investissements et près de 100 000 kilomètres parcourus en 4 ans d’utilisation, nous pouvons dire que le « PratiK » est un véritable succès, souvent envié par d’autres villes.

Voilà une réalisation concrète qui permet de faire des économies pour les associations et qui change et améliore leur quotidien.

Retour en images sur nos réalisations – 1/ La place de Camfrout

L’équipe majoritaire vous propose, via ce site internet, de revenir régulièrement en images sur les réalisations de notre mandat. Nous commençons ce retour en arrière par la Place de Camfrout.

Pendant ce mandat, nous avons souhaité mettre l’accent sur le cadre de vie en aménageant des espaces. Avec la volonté de les rendre plus accessibles et qu’ils deviennent des lieux de rencontres et de vie.

Après neuf réunions de concertation avec les habitants et un budget de 200 000 euros, la Place de Camfrout retrouve aujourd’hui un nouveau visage.

Nous avons pris soin de ne pas bloquer l’espace et de le rendre plus agréable avec l’implantation d’arbres et de bancs. Une parcelle a été réservée pour permettre la plantation de légumes et de végétaux en partenariat avec l’association « Les Incroyables Comestibles ».

Emparez-vous de cet espace, cette place est à vous!

Inauguration par Yohann Nédélec de la Place Camfrout ce samedi 12 octobre.